- Découvrir - Rakahanga

L'un des avant-postes les plus isolés du Pacifique, Rakahanga se trouve à quarante-deux kilomètres au sud de son île sœur Manihiki. Rakahanga est décrit par l'auteur australien Julian Hillas (alias Dashwood) comme un endroit où «pour toujours et demain ne vient jamais; où les hommes vivent et meurent, se régalent et s'affligent, tandis que le vent et les vagues jouent sur le sable humide et les récifs étincelants.

Formé par un récif rectangulaire qui entoure un grand lagon peu profond - il a deux îles principales et sept motu ou îlots - à l'est se trouvent Akaro, Te Motu o Umura, Huananui, Motu Mahuta et Motu Okakara. Sur le sud-ouest gardant le passage le plus large dans la lagune est le légendaire Te Kainga; considéré comme le lieu d'habitation d'origine des premiers insulaires. Et un endroit très vénéré et aimé par les communautés locales ainsi que par les îles sœurs.

Luxuriante avec une végétation abondante, de grands arbres à pain bordent les allées. L'art traditionnel du tissage est fort et les cocotiers et les pandanus florissants fournissent des matériaux pour les chapeaux et les nattes et les paniers de rito fins fabriqués à partir des fibres des feuilles. Et une vie marine riche garantit un gagne-pain aux quelque 150 personnes qui vivent ici. On sait peu de choses sur cette île insaisissable en raison de son inaccessibilité. Rakahanga n'est accessible que par la mer depuis Manihiki. Le trajet de 2 heures sur le bateau ouvert inter-îles transporte les gens de manière irrégulière.

Il y a aussi un doute sur la découverte originale de Rakahanga. Certains pensent que c'était le Magellan portugais en 1521 mais rien ne confirme ce ouï-dire. Cependant, quelle que soit son existence d'origine, il y a un doute sur la durée de vie de l'île car il y a la possibilité qu'elle soit emportée, si le réchauffement climatique provoque une nouvelle élévation du niveau de la mer.

Rakahanga Rakahanga

Mais en attendant, la vie tourne autour de la petite colonie de Matara et Nivano, le point d'entrée de l'île, avec son minuscule quai et son débarcadère qui était le mouillage des avions-bateaux d'origine. Avec une église du CICC récemment rénovée, une école primaire à côté du cimetière, seulement deux magasins et les bureaux du gouvernement de l’île - Rakahanga est, comme l’écrivain américain Elliot Smith l’a décrit un jour, «une ville endormie».

Fait intéressant, contrairement à sa sœur proche, ce lagon a d'énormes crabes de cocotier comme joyaux plutôt que des perles. Les tortues de mer nagent autour du récif extérieur et la grève du thon en janvier est l'une des meilleures lorsqu'un concours de pêche récolte des retours d'environ 200 poissons ou plus par jour. Pourtant, malgré son éloignement presque impossible, le peuple Rakahangan offre un merveilleux esprit communautaire et un accueil chaleureux à quiconque est suffisamment indépendant pour surmonter le manque de transports et embrasser la vie de cette île intacte.